Retour au blogue

Comment j'ai (presque)🙃 cessĂ© de galĂ©rer avec le temps!

Le temps...il n’a jamais fait de sens pour moi. Flou, incompréhensible et intangible sont les mots qui le décrivent le mieux dans mon univers. Il est le fugitif et moi, l’enquêtrice incapable de lui mettre le grappin dessus car il me file entre les doigts.

Ma montre était rangée depuis de nombreuses années quand mon téléphone intelligent est devenu le «gardien du temps». En fait, avec le recul, porter une montre était pour être cool, faire comme tout le monde et «fiter» dans le moule.

Arriver à en retard était l’histoire de ma vie et je disais à la blague que c’était parce que j’étais née une heure plus tard dans les maritimes, à Halifax!

Le temps et le défi d’attention, c’est comme l’huile et le vinaigre

Vivre avec un TDAH, c’est avoir une conceptualisation du temps différente, un cryptage dans notre ADN où nous savons que quelque part, le temps est inutile, donc il n’existe pas.

Vue à travers la lentille de la science, ne pas avoir la notion du temps ou la notion du temps qui passe fait partie des «traits» du défi d’attention.

Dans ma réalité, j’ai hérité des deux alors si je regarde le gardien du temps et qu’il est 9 heures du matin, peu importe ce que je suis en train de faire, le temps passe mais il est toujours 9h dans ma tête.

Et le paradoxe c’est qu’il est fréquent d’avoir peur de manquer de temps. C’était définitivement mon cas. Ça, et la peur de manquer d’argent.

Changer la dynamique : planifier à l’envers et multiplier par deux 

Avec de la pratique et de la persévérance, il est possible de s’harmoniser avec le temps, vraiment. 

Ajoute une raison pour le faire qui a du sens pour toi et des valeurs qui te sont importantes et tu pourrais te surprendre à arriver à l’heure et même à l’avance.

Le respect et l’impact de mes retards sur les autres ont été de grands motivateurs. Le désir d’arrêter de donner toutes sortes d’excuses et d’avoir une meilleure gestion du temps sont aussi des éléments qui ont fait une différence.

En utilisant la planification inversée, il était possible de prévoir des éléments qui n’étaient pas pris en compte. Comme le temps que ça prend pour réchauffer la voiture et de la déblayer par un jour de tempête de neige.

Naturellement, galérer avec le temps veut aussi dire la possibilité de sous-estimer le temps nécessaire pour accomplir une tâche ou se rendre quelque part.

Il est donc judicieux de multiplier par deux. Alors si tu estimes qu’il faut une heure, prévoir que ça en prendra deux. 

Si te rendre à un rendez-vous prend 10 minutes, prévois 20 minutes et tu éviteras de t’emporter parce que le conducteur de la voiture devant respecte la limite de vitesse ou parce que les feux de circulation sont au rouge quand tu arrives à une intersection.

Si ton rendez-vous est à 15h30, planifie ton déplacement de sorte que tous les éléments soient pris en considération.

Ce qui veut dire que pour être à ton rendez-vous à 15h30 en tenant compte que t’y rendre prennent 20 minutes, à 15h10, tu es dans la voiture. 

Si tu veux être dans la voiture à 15h10 max, à 15h tu es prête à partir. Et même si tu as 10 minutes de jeux, tu sais que si tu décides de prendre cinq minutes pour vérifier tes courriels ou répondre à quelques messages texte, ces dix minutes d’avance pourraient se volatiliser LOL.

Si tu veux être prête à 15h, tu commences à te préparer vers (détermine le temps dont tu as besoin pour te préparer).

Donc, pour être prête à partir à 15h, peut-être as-tu besoin de commencer à préparer ton départ à 14h45,

Si tu as à préparer ton départ à 14h45, il se peut que tu doives commencer à penser à cesser de faire ce que tu es en train de faire vers 14h30.

Etc…

En planifiant de la fin au début, tu seras en mesure de créer de l’espace dans ton horaire, d’être moins à la course, de naviguer sur la ligne du temps plus facilement et d’arriver à l’heure!